Astuces pour en finir avec le stress des devoirs scolaires

Lucas est un jeune garçon dynamique et plein de vie. Il vient de franchir une étape importante de sa vie : il est désormais au collège. Avec ses nouveaux manuels scolaires et son sac à dos flambant neuf, il se sent prêt à relever tous les défis passionnants qui l’attendent.

Mais malgré son enthousiasme pour cette nouvelle aventure, Lucas se trouve confronté à un problème récurrent : ses devoirs. En effet, chaque soir, lorsque l’heure des devoirs arrive, il trouve toutes sortes de raisons pour éviter de s’asseoir à son bureau. Une attitude rebelle face aux devoirs scolaires qui rend sa maman, Agnes, totalement dépassée et frustrée. La tension monte à mesure que les heures s’écoulent et les devoirs sont souvent inachevés. Agnes se surprend à supplier, et parfois même à menacer. Épuisée, stressée, celle-ci réfléchit à des solutions pour aider Lucas à s’épanouir dans ses études sans que cela ne devienne une source constante de tension, de frustration et de stress pour eux deux.

Peut-être vous reconnaissez-vous dans cette situation. Peut-être vous êtes vous déjà demandée comment aider votre enfant à faire ses devoirs sans stress. Rassurez-vous, il existe des solutions. C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article : des astuces pour en finir avec le stress des devoirs scolaires.

Comprendre les difficultés qui se jouent au moment des devoirs scolaires

Les sources de résistance de votre enfant face aux devoirs scolaires

Pour comprendre, puis surmonter les obstacles que vos enfants rencontrent lorsqu’il s’agit de faire leurs devoirs, commençons par identifier les principales raisons qui sont à l’origine de ce désintérêt.

Manque de motivation 

Certains enfants manquent de motivation pour faire leurs devoirs, notamment s’ils ne voient pas l’utilité de l’exercice ou s’ils trouvent les tâches trop ennuyeuses ou difficiles.

Fatigue 

Après une longue journée à l’école, suivie ou non par d’autres activités extrascolaires, la fatigue peut peser sur vos loupiots. Cela a, chez certains, un impact sur l’accomplissement des devoirs.

Difficultés d’apprentissage

Les enfants qui rencontrent des difficultés dans certaines matières peuvent être plus enclins à résister à faire leurs devoirs par peur de l’échec ou de la frustration.

Stress lié à l’école

Des pressions académiques excessives, des attentes élevées des enseignants ou des craintes de ne pas être à la hauteur peuvent contribuer à la résistance des enfants à faire leurs devoirs.

Ainsi, une enquête sur la santé mentale à l’ècole, menée fin août 2022 et publiée par l’association SynLab, montre qu’un élève sur quatre se dit anxieux ou stressé.

Changements dans la vie familiale 

Des périodes de transition tels que le déménagement, le divorce des parents, l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille ou la perte d’un être cher peuvent perturber la routine et la stabilité des enfants. Cela peut, de ce fait, affecter leur capacité à se concentrer sur leurs devoirs.

woman in green orange and yellow dress standing near window
Sources de stress face aux devoirs scolaires

Les sources de stress des parents face aux devoirs scolaires

Sentiment d’impuissance

Quand votre enfant refuse de faire ses devoirs, cela peut genérer en vous de la frustration, ou un sentiment d’impuissance.

Sentiment de culpabilité

Ah la culpabilité. Ce sentiment qui nous colle à la peau quand on est maman. Peut-être vous est-il déjà arrivé de culpabiliser quand vous ne  parvenez pas à aider vos enfans à faire leurs devoirs? Ou de vous sentir responsable de leurs difficultés scolaires? Ou encore de vous sentir coupable de ne pas consacrer suffisamment de temps à les aider en raison de vos obligations professionnelles ou personnelles?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  "Comment aider mon enfant hyperactif", Dr Saiag, Bioulac et Bouvard

Pour ma part, cela m’est souvent arrivé. Mais j’ai appris à déculpabiliser, et à lâcher prise en douceur. « Comment? », me direz-vous. Hé bien en utilisant la technique des 4R. J’utilise cette méthode dans plusieurs domaines de ma vie, et elle m’a été particulièrement bénéfique pour gérer la culpabilité liée à l’accompagnement scolaire de mes enfants. Voici comment les 4R fonctionnent.

  • Reconnaître l’émotion.

La première étape consiste à reconnaître la culpabilité lorsque je la ressens. Plutôt que de nier ou d’ignorer cette émotion, je la reconnais pleinement et j’accepte qu’elle fasse partie de mon expérience actuelle.

  • Respecter l’émotion.

Après avoir reconnu la culpabilité, je prends le temps de respecter cette émotion. Cela signifie que je ne me juge pas de la ressentir. Au lieu de me critiquer, j’accepte que c’est une réaction humaine normale. Cela montre à quel point je me soucie de mes enfants et de leur éducation.

  • Utiliser des Ressources pour laisser passer l’émotion

Pour m’aider à laisser passer cette culpabilité, j’utilise diverses ressources telles que la méditation, la visualisation ou l’auto-hypnose. Ces techniques m’aident à me détendre et à relâcher les émotions négatives.

Lorsque je ressens une vague de culpabilité, je m’accorde 10 à 15 minutes pour méditer. Je m’assois dans un endroit calme, ferme les yeux et me concentre sur ma respiration. Je visualise la culpabilité comme un nuage sombre qui flotte au-dessus de moi et, à chaque expiration, je l’imagine se dissipant lentement jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement.

  • Revisiter les situations sous un autre angle

Enfin, je prends le temps de revisiter les situations où je me sens coupable sous un autre angle. Je réfléchis à ces moments avec une perspective différente et plus bienveillante.

Ainsi, plutôt que de ruminer sur le fait que je n’ai pas pu aider mon enfant à faire ses devoirs, pour X raisons, je revisite la situation en me rappelant les autres façons dont je soutiens et aime mes enfants. Par exemple, je pense à tous les moments où nous avons passé du temps de qualité ensemble, aux leçons de vie que je leur ai transmises, ou à leur autonomie croissante.

Vous pouvez vous inspirer de cette technique pour lâcher prise sur le sentiment de culpabilité face aux difficultés que rencontrent vos enfants à faire leurs devoirs scolaires.

woman taking selfie
Méthode des 4R pour déculpabiliser face au stress des devoirs scolaires

Eviter les pièges courants

Eviter de faire les devoirs scolaires à la place de votre enfant

Il peut être tentant, je vous l’accorde, chères mamans, de prendre en charge les devoirs de vos enfants, surtout lorsque vous les voyez lutter ou frustrés. Cependant, cette approche peut être contre-productive à long terme. Voici pourquoi.

  • L’autonomie

Lorsque les parents font les devoirs à la place de leur enfant, ils privent celui-ci de l’opportunité d’apprendre et de développer ses compétences. Une alternative serait de lui poser des questions guidées pour l’aider à trouver les solutions par lui-même, plutôt que de résoudre le problème à sa place.

  • L’apprentissage par l’erreur

Faire des erreurs est une partie importante du processus d’apprentissage. Si vous donnez directement les réponses à vos loulous, cela leur enlève l’occasion d’apprendre de leurs erreurs.

Si votre trésor écrit une réponse incorrecte à une question d’histoire, par exemple, une alternative possible serait de l’encourager à relire le chapitre ou à faire des recherches supplémentaires pour corriger son erreur, plutôt que de lui donner directement la bonne réponse.

  • La confiance en soi

L’accomplissement des devoirs par soi-même renforce la confiance en soi de l’enfant. Il apprend qu’il est capable de surmonter les difficultés par ses propres efforts.

La critique constante

La critique constante peut diminuer la confiance en soi de l’enfant et le démotiver. Vous concentrer sur les efforts et les progrès plutôt que sur les erreurs et les défauts l’aidera dans son estime de soi.

Ne pas établir de limites claires

L’absence de règles et de limites claires peut mener à des conflits. Prenons l’exemple de Noah qui, après le collège, passe beaucoup de temps sur les jeux vidéo ou les réseaux sociaux. Il ne lui a pas été établi de limites strictes sur le temps d’écran. En conséquence, Noah procrastine et a du mal à gérer son temps. Ses résultats scolaires commencent à en pâtir, et le stress familial augmente.

Afin d’éviter ce type de situation, voici deux exemples de pistes pour établir des règles et des limites claires dès le départ à vos enfants.

  • Définir des horaires spécifiques pour les devoirs scolaires.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment gérer les disputes entre vos enfants

L’idée est de décider d’une plage horaire dédiée aux devoirs chaque jour. Par exemple, vous pouvez convenir que les devoirs doivent être faits entre 17h00 et 18h30 chaque jour. Cela crée une routine que votre loulou peut anticiper et qui devient une partie intégrante de son quotidien.

  • Limiter le temps d’écran

Vous pouvez fixer des limites claires sur le temps que votre adolescent  peut passer sur les jeux vidéo et les réseaux sociaux. Par exemple, en lui permettant de jouer à des jeux vidéos pendant une heure après avoir terminé ses devoirs. Vous pouvez aussi utiliser des outils de contrôle parental pour l’aider à gérer le temps d’écran.

Ne pas valoriser les efforts de vos enfants

Se concentrer uniquement sur les résultats et les notes sans tenir compte des efforts et des processus d’apprentissage peut démotiver l’enfant.

Manquer de communication avec l’école

Une mauvaise communication avec les enseignants et l’école peut empêcher les parents de comprendre les attentes et les besoins spécifiques de leur enfant. Les réunions parents-enseignants ou les échanges via le carnet de correspondance sont des occasions d’en savoir davantage sur les progrès ou les difficultés scolaires de votre enfant.

Ignorer les signaux de stress ou surcharge de travail

Le stress ou la surcharge de travail chez l’enfant peut mener à un épuisement émotionnel et mental. Si votre chérubin montre des signes de fatigue, d’irritabilité ou de désintérêt soudain pour l’école, essayez d’ajuster les attentes. Vous pouvez aussi lui proposer des solutions pour réduire son stress.

woman in red long sleeve shirt sitting on brown wooden stairs during daytime
Gestion du stress

Cultiver un environnement propice aux devoirs scolaires

Créer un espace de travail calme et organisé

Pour qu’un enfant puisse se concentrer et travailler efficacement sur ses devoirs, il est essentiel de lui fournir un espace de travail calme et bien organisé. Voici quelques étapes et conseils pour y parvenir.

Choisir le bon endroit

Sélectionnez un endroit dans la maison qui est calme et éloigné des distractions. Idéalement, cet endroit devrait être éloigné de la télévision, des consoles de jeux et des zones de fort passage.

Une chambre avec un bureau dédié, une petite table dans un coin tranquille du salon, ou un bureau dans une pièce peu utilisée peuvent être des options appropriées.

Mobilier adapté

Un bureau à la bonne hauteur et une chaise confortable peuvent faire une grande différence dans la capacité de votre enfant à travailler confortablement pendant de longues périodes.

Organisation des fournitures scolaires

Une boîte à outils de bureau contenant des crayons, des stylos, des gommes, des surligneurs et une règle permet de garder tous les outils nécessaires à portée de main. Un organiseur de documents peut aider à classer les différents cahiers et feuilles de travail par matière.

Éclairage adéquat

Un bon éclairage est crucial pour éviter la fatigue oculaire et aider à la concentration. La lumière naturelle pendant la journée et, le soir, une lampe de bureau avec un éclairage LED.

Minimiser les distractions

Pour une meilleure concentration, vous pouvez limiter l’accès aux distractions pendant les heures de devoirs. Cela inclut les téléphones portables, les jeux vidéo, et même les autres membres de la famille qui pourraient interrompre l’enfant.

Je me souviens que lorsque mon fils aîné était plus jeune, la règle était de laisser le téléphone portable dans une autre pièce pendant les heures de devoirs.

Certains parents préfèrent plutôt utiliser des applications de contrôle parental pour limiter l’accès à certaines fonctionnalités pendant les périodes de travail.

time, clock, pointer
Espace de travail pour des devoirs scolaires sans stress

Etablir une routine de devoirs

Une routine bien définie aide les enfants à savoir à quoi s’attendre et à se préparer mentalement pour leurs devoirs. Voici comment établir une telle routine.

Fixer des horaires spécifiques

Déterminer des horaires précis chaque jour pour les devoirs aide à les intégrer dans la routine quotidienne de l’enfant et à réduire la procrastination.

Par exemple, pour ma part, lorsque mes deux aînés étaient respectivement en classe de CE2 et CM2, j’avais affiché en face de leur bureau, le planning de la routine après l’école, avec les horaires à respecter. 16h30 : Goûter. 17h00 : devoirs scolaires. 18h30 : douche et détente (jeux) avant le dîner. Bien entendu, les horaires étaient adaptables et flexibles en fonction de la quantité de devoirs et de l’état de fatigue de mes loulous.

Intégrer des pauses régulières

Certains enfants ont besoin de pauses régulières pour maintenir leur niveau de concentration. Si tel est le cas de votre trésor, pourquoi ne pas utiliser la technique Pomodoro? Avant que vous vous écriiez sur un ton dubitatif « Pomo-quoi? », laissez-moi vous expliquer le principe. La technique Pomodoro est une méthode de gestion du temps qui divise le travail en intervalles, généralement de 25 minutes, appelés « Pomodoros », suivis d’une courte pause de 5 minutes. Après quatre Pomodoros, une pause plus longue de 15 à 30 minutes est prise. Cette méthode aide à maintenir un haut niveau de concentration tout en permettant au cerveau de se reposer régulièrement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  3 astuces pour aider vos enfants à développer leur résilience

Rituel de début de séance

Établir un rituel de début de séance de travail scolaire peut aider vos chers enfants à se préparer mentalement et émotionnellement pour leurs devoirs. Voici quelques idées de rituels que vous pouvez mettre en place.

  • Utiliser un objet spécifique comme un petit gong, ou une cloche, pour marquer le début de la séance de travail. Ce geste symbolique aide à signaler à l’esprit que le temps de travail commence.

 

  • Allumer une petite bougie LED pour marquer le début de la séance. Le fait d’allumer la bougie peut devenir un symbole de concentration et de tranquillité.

 

  • Utiliser un sablier. Retournez ce sablier au début de la séance. Celui-ci peut créer une visualisation du temps qui passe. Vous pouvez aussi, à la place du sablier, activer un chronomètre visuel ou un minuteur coloré qui se vide lentement, indiquant le début et la progression du temps de travail.

 

  • Faire une séquence rapide de mouvements ou d’étirements pour signaler la transition vers le temps de travail. Par exemple, trois étirements du cou et des épaules.
Active Children Doing Balancing Exercises
Rituel de début de séance pour des devoirs scolaires sans stress

Encourager l’autonomie de votre enfant dans les devoirs scolaires

Encourager votre enfant à prendre des initiatives et à être autonome l’aidera dans son développement personnel et scolaire. Voici quelques stratégies pour y parvenir.

Responsabiliser votre enfant

Vous pouvez laisser votre enfant choisir l’ordre dans lequel il veut faire ses devoirs, tout en le guidant sur l’importance de commencer par les tâches les plus difficiles lorsque son énergie est à son maximum. Cela renforcera son autonomie et sa confiance en ses capacités.

Favoriser la prise d’initiative

L’idee ici est d’encourager votre enfant à rechercher des solutions par lui-même avant de demander de l’aide.

Si, par exemple, ce dernier est bloqué sur un problème de mathématiques, pourquoi ne pas lui proposer de relire le cours, de consulter ses notes ou de chercher des vidéos explicatives en ligne avant de venir vous demander de l’aide?

Little Girl Writing on a Notebook
Autonomie durant les devoirs scolaires

Utiliser tous les sens pour favoriser l’apprentissage

Intégrer plusieurs modes sensoriels dans l’environnement d’apprentissage de vos loulous est une approche intéressante pour les aider à faire leurs devoirs sans stress ni tension.

Matériel visuel

Les supports visuels tels que les schémas, les diagrammes et les illustrations peuvent aider les enfants à visualiser les concepts abstraits et à mieux les comprendre. Par exemple, pour apprendre une leçon de géographie, vous pouvez utiliser des cartes colorées pour montrer les différentes régions et caractéristiques géographiques d’un pays.

Matériel auditif

L’utilisation de matériel auditif, tels que des enregistrements audio ou des podcasts, peut permettre aux enfants d’écouter des informations d’une manière différente et complémentaire à la lecture. Par exemple, lors de l’apprentissage d’une langue étrangère, vous pouvez encourager vos enfants à écouter des chansons ou des podcasts dans la langue cible pour améliorer leur compréhension auditive.

Matériel kinesthésique

Les activités pratiques qui impliquent le mouvement et le toucher peuvent aider les enfants à internaliser les concepts de manière plus profonde. Par exemple, lors de l’apprentissage des fractions, utiliser des portions de fruits pour les aider à visualiser et à comprendre les concepts, est une méthode intéressante.

Utilisation de supports numériques

Les outils numériques tels que les applications éducatives, ou les vidéos en ligne peuvent offrir une variété de modalités d’apprentissage pour les enfants. J’ai, pour ma part, conseillé à ma fille, qui a des difficultés en Physique – Chimie, de regarder des vidéos explicatives sur des plateformes en ligne, concernant des concepts qu’elle ne maîtrise pas. Ceux-ci sont un bon complément aux cours donnés en classe par son professeur.

 

woman in black long sleeve shirt sitting in front of silver macbook
Supports numériques pour aider aux devoirs scolaires

En conclusion

Les conseils et stratégies que je viens de vous présenter ont pour objectif de vous aider à transformer les devoirs scolaires de vos tendres chérubins en une opportunité d’apprentissage et de croissance, plutôt qu’en une source de stress. Ces méthodes visent aussi à vous aider à établir une relation plus harmonieuse autour de ce moment clé de la journée.

Souvenez-vous que chaque enfant est unique et ce qui fonctionne pour l’un peut ne pas fonctionner pour l’autre. L’important est de rester flexible et ouvert à essayer différentes approches jusqu’à trouver celle qui convient le mieux à votre enfant. En prenant le temps de comprendre et de répondre aux besoins de votre loulou avec bienveillance, vous contribuerez à son épanouissement scolaire et personnel.

N’oubliez pas que vous faites de votre mieux avec les ressources et le temps dont vous disposez. Ce que vous accomplissez chaque jour, les efforts que vous déployez pour soutenir votre enfant dans son parcours scolaire et personnel, sont remarquables et méritent d’être célébrés. Vous êtes une source constante d’amour, de soutien et de guidance pour votre enfant. Votre dévouement et votre engagement à créer un environnement propice à l’apprentissage sont des actes d’amour inestimables. Alors, continuez à avancer avec confiance, sachant que chaque petit pas que vous faites est une victoire en soi. Vous êtes une maman extraordinaire, et votre amour inconditionnel est le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à vos enfants.

Prenez soin de vous et de vos loulous 🌸

Si vous avez aimé l'article, sentez-vous libre de le partager :-)

Commentaires

  1. Jackie says:

    C’est compliqué parfois de garder son calme quand on aide les enfants à faire leurs devoirs. On veut tellement que nos enfants réussissent que ça engendre du stress. Le manque de temps, la fatigue aussi peuvent être des sources de stress.

    1. JeanneOO says:

      Complètement d’accord avec vous. Merci pour votre retour.

  2. J’ai beaucoup apprécié votre article.

    Il propose de responsabiliser l’enfant en le laissant choisir l’ordre des tâches à accomplir et en favorisant la prise d’initiative avant de demander de l’aide. Cette approche est directement liée à la gestion mentale car elle vise à développer l’autonomie et la confiance en soi de l’enfant, en lui permettant de prendre conscience de ses propres processus mentaux et de les utiliser de manière efficace pour résoudre des problèmes.

    En tant que praticien en gestion mentale, j’aimerais partager une anecdote personnelle qui illustre l’importance d’encourager l’autonomie de l’enfant.

    Il y a quelques années, j’ai travaillé avec un jeune garçon nommé Maxence, qui éprouvait des difficultés à se concentrer sur ses devoirs à la maison. Ses parents étaient souvent frustrés et stressés parce qu’ils ne savaient pas comment l’aider efficacement.

    L’un des aspects les plus transformateurs a été de responsabiliser Maxence dans la gestion de ses devoirs. Au lieu de lui donner directement les réponses, je l’encourageais à explorer différentes sources d’information et à réfléchir par lui-même avant de demander de l’aide. Cette approche a considérablement renforcé sa confiance en lui et son autonomie.

    1. JeanneOO says:

      Merci pour ce partage d’expérience. Votre anecdote avec Maxence illustre parfaitement l’impact positif de responsabiliser les enfants et de les encourager à prendre des initiatives. Cela renforce en effet leur autonomie et leur confiance en eux.

  3. Laura says:

    Merci pour cet article complet qui aidera tous les parents qui rencontrent ces difficultés. De mon côté, j’ai la chance d’avoir une fille complètement autonome depuis toujours. Par contre, elle se stresse toute seule aussi…

    1. JeanneOO says:

      Merci pour votre partage d’expérience. Quelle chance que votre fille soit totalement autonome depuis toujours! Pour ce qui est du stress, courage à elle!

  4. Jessica says:

    Ma petite nièce va dans une école qui se base sur le principe de la pédagogie Freinet. Et même si je ne suis pas en accord avec tout dans cette méthode, le fait de responsabiliser les enfants, de leur permettre de prendre des initiatives et surtout de leur laisser le choix du moment où ils font leurs devoirs évite beaucoup de tracas. Elle est plus responsabilisée et indépendante, et très fière d’avoir le droit de gérer son temps « comme une grande ».

    1. JeanneOO says:

      Oh super pour votre niece. C’est vrai que certaines pédagogies alternatives mettent l’accent sur la responsabilisation et l’autonomie de l’enfant. Un vrai plus pour eux!

  5. Lucile says:

    Je n’ai pas encore d’enfants mais cet article me plonge dans mes souvenirs d’enfance… Ou plutot cauchemar lorsqu’il s’agissait des devoirs de maths avec mes parents ahahah. Merci pour cet article et tous ces conseils precieux et utiles ! J’entends parfois des parents qui evoquent le stress que leur procure l’aide au devoirs. Je trouve ca super de parler des differents pieges car on peut facilement tomber dedans.

    1. JeanneOO says:

      Merci de nous partager tes souvenirs (ou cauchemars 😉) d’enfance! Moi non plus, les Maths n’étaient vraiment pas la matière où j’excellais!

  6. sophie says:

    Merci pour votre article riche et très pratique. Vous donnez de nombreuses sources et idées pour rendre ce moment des devoirs plus facile ! J’apprécie beaucoup vos parties sur la création d’un environnement propice et l’utilisation de tous les sens pour favoriser l’apprentissage. Mon fils aime apprendre ses poésies en haut d’un arbre ! 🙂

    1. JeanneOO says:

      J’adore cette idée de votre fils d’apprendre ses poésies en haut d’un arbre 🌳! Merci pour votre partage d’expérience.

  7. Des astuces pratiques ingénieuses et accessibles qui sont de vrais outils pour les parents qui veulent aider leurs enfants à mieux gérer cette période souvent difficile. Vous détaillez bien les étapes pour comprendre et surmonter les obstacles, tout en mettant l’accent sur l’autonomie et le bien-être des enfants. Bravo pour ce partage utile et inspirant qui sera, sans aucun doute, une ressource précieuse pour de nombreuses familles !

    1. JeanneOO says:

      Ravie si ce partage peut être utile et merci pour votre commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *